Web 2.0, Web 3.0…Le web en évolution et en ébullition

12 07 2013

Web 2.0, Web 3.0, des expressions que j’ai lues, entendues et même employées, avec un degré de compréhension plutôt relatif voire intuitif.
A ses débuts, le Web, rétroactivement qualifié de Web 1.0, proposait des pages statiques reliées entre elles par des hyperliens. Ce qui à l’époque nous a semblé une révolution technologique, mais aussi dans nos comportements face à la recherche et aux données, nous parait aujourd’hui une simple mise en ligne de la vie d’avant le web. L’internaute cherche des informations organisées, catégorisées selon d’anciens schémas dans une encyclopédie géante qui économise de la place dans l’étagère tout en simplifiant et en accélérant la recherche.
Le web 2.0, a fait décoller l’interactivité et a plongé l’internaute au cœur de la création du web. Avec les blogues, les forums, les flux RSS…et leur technologie associée, l’internaute créée du contenu et modifie le web. Chacune de nos interactions enrichit le web de nos comportements et de nos langages. Nous lui apprenons notre manière de penser, il s’en enrichit et nous le rend bien.
Le Web 3.0, provoque des débats tant sur son nom que sur ce qu’il sera…mais il sera.
Un web sémantique, un web ubiquitaire…en tout cas un web plus proche de nous, tant physiquement que dans son langage.
Le défi, déjà à l’œuvre, est dans le langage. Aujourd’hui, bien que l’on puisse tous observer une amélioration notoire, nous devons nous adapter au langage d’internet. Nous devons penser comme la machine pour qu’elle nous comprenne. Nous devons réduire, restreindre nos capacités humaines pour intégrer la machine dans notre vie.
Actuellement, l’homme technologique, est un homme qui se réduit à la machine, à son raisonnement encore relativement binaire.
Le web sémantique devrait nous offrir l’inverse. Il devrait s’adapter à nous. Grâce à des métadonnées, il devrait nous comprendre au-delà des mots. Le web 3.0, c’est le web intelligent, qui peut faire des liens comme la conscience en fait, entre des données concernant les mêmes sujets.
Le web ubiquitaire, c’est le web qui s’introduit partout dans nos vies. C’est l’accès constant.
Nos objets seront reliés au web, et d’une certaine manière ils communiqueront avec nous. Ils pourront en fonction de données qu’ils captent nous proposer des solutions. Un réfrigérateur qui nous propose des menus, des vêtements qui nous proposent de baisser le chauffage…il peut également s’agir d’une extension de la communication de machine à machine.
Le web 3.0 c’est surtout la généralisation de l’accès aux informations et aux applications n’importe où et n’importe quand, ainsi que la conservation des données dans des « clouds ». Nous sommes moins dépendants de la machine (qui n’est pas infaillible) mais plus des données.
Cela implique des évolutions dans les technologies utilisées pour la création des pages et la structure même d’internet.
Tout comme le web 2.0 a impliqué une rencontre entre les outils de communications de l’internaute et le contenu des pages, le web 3.0 combine les différents logiciels et applications, voire les données sensorielles, et les outils de communication afin de renforcer son autonomie et l’interaction.
Pour Vincent Berthelot, consultant en web social, « le web 3.0, c’est quand on aura tué l’e-mail »
En ce sens il ne s’agit plus d’outils de communication mais d’un espace d’information et de communication.
Cela ne sera pas sans conséquence sur l’homme qui devra continuer à repenser l’éthique, son rôle social, l’organisation sociale, l’éducation, l’emploi, les notions de partage et de propriété… Mais ce cheminement technologique et de pensée, semble avoir déjà commencé !





Un site pour les francophiles

12 07 2013

Le CCDMD, Centre collégial de développement de matériel didactique canadien, propose au sein d’un vaste catalogue d’outils pédagogiques en ligne, l’excellent site Amélioration du français.
Enseignants et étudiants y trouveront une multitude de ressources et d’exercices utiles tant aux apprenants de FLE avancés, qu’aux apprenants de français langue seconde, ou encore aux natifs qui souhaitent enrichir leur vocabulaire et améliorer leur grammaire.

J’ai pu l’expérimenter auprès d’un public de collégiens francophones, évoluant dans un univers bilingue ou trilingue présentant des lacunes en français.





Exerciseurs

12 07 2013

netquiz-pro

Un exerciseur très complet développé par le CCDMD,Centre collegial de développement de materiel didactique.

Permet de realiser des quizz, des examens complets et varies, grâce à ses 13 types d’activités et l’intégration de sources visuelles, audio et vidéo

Logiciel gratuit téléchargeable pour Windows et Mac, compatible avec la norme SCORM.

Plus léger, plus ludique:

question writer     propose une version d’essai gratuite.
quizmaker  Quizmaker de ClassMarker, au visual adapté à un public jeune, nécessite une inscription en ligne.





Quel Internet voulons-nous?

12 07 2013

Internet libre ou minitel 2.0?

Une analyse de Benjamin Bayard sur l’Internet et son potentiel, à travers notamment la question des DRM.

Présentation et transcription





Le e-learning, de la science fiction? Isaac Asimov, 1988

26 05 2013

 »  People think that education is something they can finish. And when they finish, they can get in the real world »

 

 





HTML, premiers pas

21 11 2012

Vous avez commencé à étudier les codes HTML et vous avez compris le principe…Vous êtes contents!

Un nouveau monde s’ouvre!
Vous avez réussi votre Hello Word et vous vous plongez dans la création de votre propre site. Vous avez scrupuleusement choisi, copié, ouvert, fermé les balises….
Mais…. pourquoi ca ne marche pas? Pas comme vous l’imaginiez en tout cas!

Essayer donc le Mozilla Thimble.

Mozilla Thimble vous permet de voir côte à côte votre code HTML et le rendu en direct.
Une erreur, une balise manquante, non comforme? L’option « hint« vous indique d’où provient l’erreur.
Il ne vous donnera pas la réponse, mais il vous permet de la trouver vous- même. En somme, plus qu’un éditeur, ce site me parait un formidable outil pédagogique d’auto-formation.

Et pour connaître les codes, trouver les réponses à vos questions d’écriture,  mise en page, développement :Mozilla Developer





Les logiciels ludo-éducatifs pour l’apprentissage de la lecture

16 09 2012

Graphogame, développé par  la fondation Niilo Mäki  et l’Université de  Jyväskylä (Finlande), est un logiciel ludo-éducatif, visant à développer ou renforcer l’apprentissage de la lecture, par une reconnaissance progressive des correspondances entre graphèmes et phonèmes.

Des études ont  prouvé l’efficacité de son utilisation chez des enfants dyslexiques.  Quelques heures de jeu ont suffi pour favoriser chez des enfants de maternelle  l’émergence du réseau cérébral de la lecture*.

*Stanislas Dehaene, « Apprendre à lire, des sciences cognitives à la salle de classe »